Paroles d'expert
Le blog autour du recyclage

Interview de Jean-Philippe Carpentier, président de Federec

En cette fin d’année, l’heure est au bilan pour la filière française du recyclage. Entre la décision chinoise de ne plus importer certaines matières premières recyclées et le rebond des prix en 2017, Jean-Philippe Carpentier, président de FEDEREC, nous livre son analyse.

Jean-Philippe Carpentier
INTERVIEW : Jean-Philippe Carpentier, Président de Federec
Quel bilan peut-on tirer de cette année 2017 pour la filière du recyclage ?
Je distingue deux moments. Le premier semestre 2017, d’abord, dans la continuité de 2016, avec des prix des matières en hausse, bois mis à part. Le deuxième semestre est plus délicat avec l’annonce chinoise de ne plus importer un certain nombre de déchets. Cette décision déstabilise les marchés à court-terme, comme celui des films plastique et des papiers-cartons
Selon vous, cette décision chinoise représente-t-elle une opportunité à saisir pour l’Europe ?
Bien évidemment, à court terme, cela génère une situation très difficile pour les recycleurs. À moyen et long termes, je pense que c’est une vraie opportunité. Nous allons devoir innover et investir dans des procédés techniques pour créer des matières premières recyclées susceptibles d’être à nouveau exportées. Pour la filière française, c’est la perspective de lancer un cercle vertueux, et peut-être la naissance d’un nouveau pan de notre industrie.
Après des années difficiles, la filière fran-çaise du recyclage se porte-t-elle mieux ?
L’industrie du recyclage a établi un nouveau record, l’an dernier, avec 102 millions de tonnes de matières collectées (+ 2,2 % par rapport à 2015). Si le chiffre d’affaires généré par les 1 250 entreprises du secteur a légèrement baissé, passant de 8,3 à 8,2 milliards d’euros, les embauches sont reparties à la hausse (+ 2,5 %) pour la première fois depuis 2014. Le secteur représente actuellement 26 750 emplois directs et non délocalisables.
FEDEREC a beaucoup œuvré, ces derniers mois, pour apporter la démonstration des bénéfices environnementaux des matières premières recyclées par rapport aux matières premières fossiles. Quel est le bilan ?
Après deux ans d’étude, en suivant la méthode de l’analyse du cycle de vie, nous avons pu déterminer sur dix matériaux les gains des matières recyclées sur les matières fossiles en termes d’émissions de carbone et d’énergie dépensée. À l’échelle nationale, nous avons calculé que l’industrie du recyclage en 2016 avait évité l’émission de 22,5 millions de tonnes de carbone. C’est l’équivalent de la totalité des émissions du trafic aérien fran-çais! Elle a également évité la consommation de 124 terawattheures, soit l’équivalent de la production d’électricité de 18 réacteurs nucléaires français sur un an.
Désormais, souhaiteriez-vous monétariser ce carbone ?
Nous aimerions avoir des quotas CO2 – équivalents aux 22 millions de tonnes évi-tées – que nous pourrions mettre sur le mar-ché carbone. Puisqu’une tonne de carbone vaut aujourd’hui 6 euros, nous pourrions vendre ces quotas à d’autres industries sous forme de certificats de recyclage. Les gains seraient ensuite partagés à 50 % entre le secteur du recyclage et les utilisateurs de matières premières recyclées. Le développement de l’économie circulaire et de notre compétitivité passent par cette capacité à partager les gains. Nous sommes des producteurs de matières propres et économes en énergie. Nous sommes un vecteur de croissance verte.
Federec, au coeur de l'économie circulaire
Évaluez cet article
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Découvrez nos solutions adaptées

Benne

Garantie d'une grande capacité de stockage des déchets et de la réduction du nombre de tournées.

Découvrez ce produit
Borne

Regrouper vos déchets valorisables par apport volontaire dans des bornes dédiées.

Découvrez ce produit
Big Bag

L'accessoire indispensable pour le transport et le stockage des agrégats.

Découvrez ce produit